Annotated IPG/Hidden Card Error

De Judge Wiki (Français)
Cette page est à jour pour la version de l'IPG en date du 22 juillet 2016.


2.3 Hidden Card Error (erreur liée à une carte cachée)

Pénalité - Warning


Définition


Un joueur commet une erreur de jeu qui ne peut pas être réparée uniquement avec les informations disponibles publiquement et il la commet sans la permission de son adversaire.

La plupart des erreurs relatives au jeu (Game Play Errors) peuvent être vues par les deux joueurs. Cela peut ne durer qu'un bref instant mais c'est visible. Oublier de défausser une carte, lancer un sort avec le mauvais mana, voilà bien des choses que l'on peut voir. Toutes les informations sont disponibles, juste sous nos yeux. Cette infraction ne concerne pas ces types d'erreurs. Elle est constituée quand une erreur se produit et qu'au moment de l'erreur l'adversaire n'est pas en mesure de détecter comment les choses se sont mal passées et qu'il n'a aucun moyen de réparer la partie.

La seconde partie de cette phrase évoque la permission de l'adversaire. Dans ce cas-là, l'adversaire a reçu un avertissement que quelque-chose était sur le point de mal se passer et il a donné son accord pour cette action. Dans ce cas-là, il n'est souhaitable ni de surpénaliser le joueur qui a commis l'erreur car celle-ci était ‘visible’ par les deux joueurs, ni d'inciter l'adversaire à “donner son accord” pour une action qui aura pour conséquence que le joueur qui l'accomplit recevra une pénalité plus sévère. Dans ce cas-là, envisagez plutôt une violation d'une règle du jeu (Game Rule Violation).


Cette infraction s’applique seulement quand une carte, dont l’identité n’est connue que d’un seul joueur, se trouve dans un ensemble de cartes cachées à la fois avant et après l’erreur.

Ici les ensembles de cartes cachées sont la main, la bibliothèque, les cartes face cachée sur le champ de bataille et les cartes face cachée en exil. Une carte est dite inconnue quand au moins un joueur ne sait pas de quelle carte il s’agit. Remarquez que l'identité de la carte du dessus de la bibliothèque est inconnue mais que la position de cette carte du dessus est publique. Cela n'est pas toujours évident. En conséquence quand un effet de tuteur qui recherche une carte spécifique la met sur le dessus de la bibliothèque, il met la carte dans une position “connue”.


Un ensemble est un groupe physiquement distinct, défini par une règle du jeu ou par un effet. Cela peut correspondre à une zone spécifique ou il se peut que cela représente seulement une partie d’une zone.

Cette phrase se réfère spécifiquement aux cartes qui indiquent à un joueur de manipuler ou de regarder des cartes dans une zone cachée. Comme exemples classiques de ce type d'effets, citons les cartes qu'on regarde quand on résout Anticipate ou encore celles qu'on manipule quand on résout Dig Through Time. Dans ces deux exemples, “l'ensemble” est composé des cartes qu'on regarde ou qu'on manipule.


Cette infraction ne s’applique pas à de simples erreurs de dextérité, comme par exemple quand on pioche une carte et qu’une autre carte y est collée et que celle-ci est vue ou éjectée de la bibliothèque. Les cartes elles-mêmes doivent faire partie d’un ensemble distinct.

Ces phrases-ci servent à distinguer quand l'action d'un joueur doit être traité comme Hidden Card Error ou comme Looking at Extra Cards. Reprenons l'exemple de Dig Through Time : si un joueur résout ce sort et regarde huit cartes au lieu de sept, il y a un mauvais nombre de cartes dans l'ensemble. Il s'agit d'une Hidden Card Error parce que l'ensemble contient une carte de trop et que cet ensemble est caché. Toutefois si, pendant la résolution de Dig Through Time, un joueur regarde sept cartes mais qu'il pousse la huitième carte hors du deck en ramassant les sept premières, alors cette huitième carte ne fait pas partie de l'ensemble et cette infraction doit être traitée en tant que Looking at Extra Cards.

De plus, si je m'apprête à appliquer le regard sur une carte mais qu'accidentellement j'en prends deux, j'ai potentiellement commis Looking at Extra Cards. Cette phrase du règlement exige de faire preuve d'un peu de bon sens, parce que cela pose problème de tracer une frontière technique précise entre Hidden Card Error et Looking at Extra Cards.


Exemples

A. Un joueur pioche quatre cartes après avoir lancé un Ancestral Recall.
B. Un joueur applique le regard à deux cartes alors qu’il aurait dû n’en regarder qu’une seule.
C. Un joueur résout la capacité déclenchée d’un Dark Confidant mais il oublie de révéler la carte avant de la mettre dans sa main.
D. Un joueur a plus de cartes en main qu’il ne le devrait.
E. Un joueur lance Anticipate et prend les quatre cartes du dessus de sa bibliothèque.
F. Le joueur qui commence la partie pioche une carte pendant son premier tour.

Certains de ces exemples ressemblent à ceux de l'infraction Looking at Extra Cards. La nuance importante est que, si un joueur se retrouve avec davantage de cartes qu'il n'est censé en avoir, que ce soit en main ou dans un ensemble de cartes sur lequel il effectue une action, alors cela relève de l'infraction Hidden Card Error. S'il a seulement vu une ou plusieurs cartes parce qu'elles ont été retournées ou par toute autre erreur de dextérité qui lui a révélé une carte, alors traitez l'infraction en tant que Looking at Extra Cards.

L'exemple C s'applique seulement si le joueur se souvient de la capacité déclenchée de son Dark Confidant et qu'il ne révèle pas la carte avant de la mettre dans sa main. Si le joueur pioche pour son tour avant de s'en souvenir, il faut traiter cela comme un Missed Trigger.

Avec l'exemple F, on pourrait être fortement tenté de considérer qu'il s'agit d'une Mulligan Procedure Error tant ça y ressemble mais ça n'en est pas une parce que l'erreur s'est produite après le début de la partie. Quand le premier joueur pioche une carte à son premier tour, c'est un bon exemple de carte ajoutée à une zone cachée alors qu'elle n'aurait pas dû y être ajoutée et donc cela correspond à Hidden Card Error.


Philosophie

Bien que l’état de la partie ne puisse pas être remis dans l’état ‘correct’, cette erreur peut être amoindrie en donnant à l’adversaire suffisamment de connaissances ainsi que la capacité de compenser l’erreur de telle sorte qu’elle présente moins de risques de conférer un avantage.

Le joueur avec des cartes en trop a gagné de l'information et cette information a potentiellement été mélangée avec d'autres cartes. C'est un problème grave que de pouvoir accéder à des informations que vous n'êtes pas censé voir et potentiellement prendre des décisions ou effectuer des actions grâce à ces informations ou en utilisant ces ressources (les cartes). Nous ne pouvons pas le réparer mais nous pouvons le compenser. L'adversaire n'a pas pu être témoin de l'erreur mais, en lui permettant de participer à la procédure supplémentaire, nous éliminons tout avantage gagné grâce à l'erreur tout en préservant une forte incitation à ne pas tenter de tricher.

Si des cartes sont placées dans une zone publique, alors leur ordre est connu et l’infraction peut être traitée comme une violation des règles du jeu (Game Rule Violation).

Si des cartes sont révélées, par exemple à cause d'un effet de meule, là où les deux joueurs peuvent voir ce qui a lieu, l'infraction n'est pas Hidden Card Error parce que les cartes ne sont pas cachées. Pour reprendre l'exemple de l'effet de meule, l'ordre des cartes n'est pas perdu. L'information est révélée à tout le monde et l'ordre est préservé. Tout semble indiquer que tous les joueurs possèdent toutes les connaissances nécessaires pour réparer la situation et que l'arbitre n'a pas à s'inquiéter du fait qu'un joueur a des informations que l'autre ne possède pas. Dans ce cas-là, l'infraction est une violation d'une règle du jeu (Game Rule Violation).

On ne peut pas déterminer l’ordre de cartes dont le recto n’est visible que d’un seul joueur à moins que la carte se trouve dans une position identifiable de manière unique (par exemple sur le dessus de la bibliothèque ou si elle est la seule carte en main).

Cette phrase-là sert à éviter les débats sur quelle était la carte piochée en trop ou quelle était la troisième carte prise en appliquant un regard 2. À moins que les cartes ne soient visibles par les deux joueurs, vous devez les traiter comme si elles étaient mélangées. Remarquez qu'il s'agit là d'une vraie différence avec certaines situations de Looking at Extra Cards, où des cartes ont bien été séparées de la bibliothèque mais que leur ordre est clair. La frontière entre Looking at Extra Cards et Hidden Card Error est quand des cartes quittent la bibliothèque et qu'un seul joueur peut voir leurs rectos.

Faites bien attention à ne pas appliquer cette infraction dans des situations où une erreur qui peut être corrigée publiquement conduit à une situation qui ne peut pas être corrigée, comme lancer Remue-méninges avec du mana vert. Dans ces situations-là, l’infraction correspond à cette cause originelle.

Revenez à la cause originelle. Même si maintenant on se trouve dans une situation où des informations ont été perdues, cela ne signifie pas forcément que les problèmes ont commencé de la même manière. Voici un autre exemple : un joueur lance un Elvish Visionary pour UU et il pioche une carte quand l'elfe arrive sur le champ de bataille grâce à sa capacité déclenchée. Une fois cette carte piochée, l'information est perdue mais le problème originel était de lancer le sort de façon incorrecte, ce que les deux joueurs pouvaient bien voir.

Afin de déterminer l’ensemble de cartes auquel la procédure supplémentaire s’applique, on peut tenir compte des informations sur les cartes dont l’adversaire avait eu connaissance, telles que des cartes révélées auparavant pendant qu’elles étaient sur le dessus de la bibliothèque ou en regardant la main (ex : Thoughtseize).

Bien que le contenu d'un main qui a été révélée auparavant ne soit pas une information publique, connaître ces cartes - sous réserve que les deux joueurs soient d'accord (par exemple si le contenu de la main a été noté) - peut s'avérer fort utile pour reconstruire un état de la partie aussi correct que possible. Toutefois l'IPG dit “on peut” ici. S'il existe un doute ou un désaccord sur ce qui a été révélé quelques tours auparavant et que vous n'êtes pas sûr que l'ensemble soit correct, vous avez le droit d'appliquer la procédure supplémentaire à l'ensemble tout entier.

Appliquez toujours la procédure supplémentaire pour réparer l’erreur au plus petit ensemble possible. Il se peut que cela implique d’appliquer la procédure seulement à une partie d’un ensemble défini par une instruction. Par exemple, si un joueur résout Collected Company, qu’il prend trois cartes dans une main et puis quatre cartes dans l’autre, la carte qui provoque l’infraction fait partie de l’ensemble de quatre cartes donc c’est de cet ensemble qu’elle doit être retirée.

En réalité l'objet de cette section est juste de souligner que nous devons utiliser notre bon sens pour restaurer la partie sans trop la perturber. Dans l'exemple proposé, le joueur aurait dû regarder six cartes à la résolution du sort mais il en a regardé sept. Néanmoins, du simple fait de la manière concrète dont l'action physique est accomplie, il est flagrant que les trois premières cartes étaient correctes et maintenues à bonne distance de l'autre ensemble de quatre cartes, physiquement bien distinct. Cela nous autorise à appliquer la procédure supplémentaire à cet ensemble plus petit (quatre cartes au lieu de sept) sans qu'aucun avantage ne soit gagné ou perdu indûment. Prenez soin d'acquérir une compréhension totale des actions effectuées avec les cartes en question avant de décider s'il convient d'appliquer la procédure supplémentaire à un ensemble plus petit (assurez-vous que les ensembles n'ont pas été mis en contact ou emmêlés).


Procédure supplémentaire

Dans le cas où, immédiatement après l’infraction, une carte a été déplacée depuis l’ensemble affecté vers une position connue (par exemple en la défaussant, en mettant des cartes sur le dessus de la bibliothèque ou en jouant un terrain), on peut effectuer un retour en arrière simple jusqu’au moment immédiatement après l’erreur.

L'existence de cette partie de la procédure supplémentaire a pour but que les actions prises pour compenser l'avantage puissent être appliquées à toutes les cartes qui sont censées être impliquées dans l'erreur. Un retour en arrière simple permet de reconstruire l'ensemble des cartes affectées afin de restaurer la partie de la manière la plus équitable possible. Le cas le plus probable où ce type d'action risque d'être nécessaire est quand un joueur met par erreur trop de cartes directement dans sa main, puis qu'il joue quelque-chose ou termine une autre action avant de s'apercevoir de l'erreur qu'il a commise. Dans ce cas-là, réfléchissez aux bénéfices à tirer de ce retour en arrière simple avant d'appliquer le reste de la procédure supplémentaire, de sorte que l'ensemble de cartes soit aussi correct que possible. Toutefois il ne s'agit pas de revenir en arrière jusqu'à avant l'erreur donc prenez garde à ne l'employer que pour restaurer l'ensemble de cartes auquel la procédure supplémentaire de Hidden Card Error sera appliquée, et non pour revenir en arrière jusqu'à avant que l'erreur liée à une carte cachée ne se produise.

En voici un exemple : si quelqu'un pioche 4 cartes avec Brainstorm, qu'il met 2 cartes sur le dessus de sa bibliothèque, puis que l'erreur est détectée. Nous renverrons ces deux cartes dans sa main avant d'appliquer le reste de la procédure supplémentaire de réparation.

Si l’ensemble de cartes qui contenait le problème n’existe plus, n’appliquez aucune procédure supplémentaire.

Si, au cours d'une suite d'actions de jeu, l'ensemble de cartes affecté a été perdu en le remélangeant, et que cet ensemble ne peut pas raisonnablement être reconstruit, alors il ne reste plus d'ensemble auquel appliquer la procédure supplémentaire. Cependant l'infraction existe toujours et une pénalité est attribuée.

Si l’erreur a mis prématurément des cartes dans un ensemble alors que d’autres opérations impliquant des cartes dans cet ensemble auraient dû être effectuées auparavant, le joueur révèle l’ensemble des cartes qui contient celles en excès et son adversaire y choisit un nombre de cartes inconnues auparavant. Mettez ces cartes de côté jusqu’au moment où elles auraient dû être ajoutées légalement, puis remettez-les dans l’ensemble.

Cette phrase est là pour expliquer comment on peut gérer une situation compliquée telle que “looter” au lier de “fouiner”. Si une carte indiquait par exemple ‘Défaussez-vous d'une carte : Piochez une carte’ mais que le joueur a résolu ‘piochez une carte, puis défaussez-vous d'une carte’ alors on peut utiliser cette réparation. Puisque la main contient à présent une carte qui ne devrait pas s'y trouver mais qu'il faut quand même résoudre l'effet de défausse. Puisque l'avantage gagné ici est de pouvoir défausser la carte qu'on vient de piocher, nous autorisons l'adversaire à désigner la carte “qui sera piochée” et à la mettre de côté avant d'appliquer la réparation. Ensuite, une fois que la réparation a été appliquée, nous remettons la carte dans la main ou l'ensemble d'origine, puis la partie reprend.

Si l’ensemble contient davantage de cartes qu’il n’est censé en contenir, le joueur révèle l’ensemble des cartes qui contient celles en excès et son adversaire y choisit un nombre de cartes, inconnues auparavant, en nombre suffisant pour réduire l’ensemble à sa taille correcte. Les cartes ainsi choisies sont traitées comme des cartes excédentaires (cf. ci-dessous).

Voici ce qu'on appelle couramment la réparation par “Saisie des pensées”. Le joueur avec trop de cartes dans l'ensemble révèle cet ensemble à l'adversaire, lequel choisit quelles cartes sont considérées comme “excédentaires”. Cela permet à la partie de continuer tout en annulant l'énorme avantage d'avoir des cartes supplémentaires en main ou dans un autre ensemble. Ce que nous ferons de ces cartes excédentaires est expliqué ci-dessous. Bien que cela puisse sembler être une punition sévère, rappelez-vous qu'auparavant des infractions de ce type étaient pénalisées par un Game Loss. Cette réparation permet à la partie de continuer quand même tout en compensant le gros avantage potentiel. Si cela vous semble encore être une punition sévère, ne mettez pas de cartes excédentaires dans votre main.

Si l’erreur implique une ou plusieurs cartes qui étaient censées être révélées, le joueur révèle l’ensemble des cartes qui contient les cartes non révélées et son adversaire y choisit ce même nombre de cartes inconnues auparavant. Traitez ces cartes comme si elles étaient celles qui n’ont pas été révélées, pour toutes les actions requises. Si ce choix de cartes a pour conséquence qu’elles ne devraient pas se trouver légalement dans cet ensemble, elles sont traitées comme des cartes excédentaires.

Intrinsèquement il s'agit ici de la même réparation que celle mentionnée immédiatement au-dessus, sauf que cette fois les cartes ne sont pas excédentaires par défaut. Cela concerne les cartes mises dans une zone cachée dont les caractéristiques auraient dû être vérifiées avant d'être déplacées dans cette zone. L'exemple classique est la première capacité de Domri Rade, à savoir “+1 : Regardez la carte du dessus de votre bibliothèque. Si c'est une carte de créature, vous pouvez la révéler et la mettre dans votre main.” Si la carte est ajoutée à la main sans être révélée, on peut y remédier en révélant l'ensemble inconnu (ici la main) et en permettant à l'adversaire de choisir quelles cartes doivent être traitées comme si elles étaient “les cartes révélées”. Cela n'a pas toujours comme conséquence de les traiter comme des cartes excédentaires mais ça peut être le cas, en fonction des actions requises. Dans ce même exemple avec Domri Rade, si l'adversaire choisit une carte non-créature, cette carte n'appartient plus légalement à cet ensemble (la main) et elle doit être traitée comme une carte excédentaire. Cependant si l'adversaire choisit une créature, alors elle appartient légalement à l'ensemble et elle reste en main.

Ceci étant dit, ce paragraphe concerne aussi deux autres situations bien précises. D'une part si un joueur révèle sa main et que toutes les cartes sont des cartes de créatures, rien n'est remélangé. D'autre part, en ce qui concerne la phrase “Traitez ces cartes comme si elles étaient celles qui n’ont pas été révélées, pour toutes les actions requises.” Admettons que j'aie pioché une carte pour mon Dark Confidant mais que je ne l'ai pas révélée et que je n'ai pas perdu de points de vie. Quand je révèle ma main, mon adversaire choisit la carte qui est considérée comme celle que j'étais censée révéler et je perds des points de vie en fonction de ce choix.

Les cartes excédentaires sont renvoyées au bon emplacement. Si cet emplacement est la bibliothèque, elles doivent être mélangées dans la partie aléatoire. Le joueur ne recommence pas l’instruction complète ou partielle (le cas échéant) qui est à l’origine de l’infraction.

Cette partie nous dit juste quoi faire exactement des cartes ci-dessus qui sont considérées comme excédentaires. Une fois que les cartes excédentaires ont été identifiées selon les directives des autres réparations ci-dessus, nous renvoyons les cartes excédentaires à l'emplacement d'où elles proviennent. Si cet emplacement est la bibliothèque, on les y mélange dans la portion aléatoire. Il est important de remarquer qu'ensuite on ne répète pas l'action qui a causé l'infraction. Si le joueur a pioché une carte excédentaire par exemple, puis que cette carte a été identifiée par l'adversaire dans le cadre des réparations ci-dessus, alors une fois que la carte a été renvoyée au bon emplacement, le joueur ne recommence pas à piocher.

''Augmentation : si on découvre pendant la partie qu’une carte face cachée, lancée grâce à une capacité de mue, ne possède aucune capacité de mue, la pénalité est un Game Loss. Si le joueur a en main une ou plusieurs cartes avec une capacité de mue, qu’il n’a ajouté aucune carte à sa main depuis qu’il a lancé la carte de façon illégale et qu’il a découvert l’erreur lui-même, cette augmentation ne s’applique pas et la carte face cachée est intervertie avec une carte en main qui possède la mue.

Sauf dans un tout petit nombre de cas, Magic est conçu de telle sorte que les deux joueurs puissent voir ce qu'il se passe. Les deux joueurs sont responsables de l'état de la partie. Si vous dépensez le mauvais mana pour payer un sort, je peux le voir. Si vous mettez trop de marqueurs sur une créature, je peux aussi le voir. Par contre si vous lancez accidentellement une carte comme si elle avait la capacité de mue, l'adversaire n'a aucun moyen de vérifier que la carte face cachée a bien la mue. Par exemple, jouer un Highland Game en croyant qu'il s'agit d'un Temur Charger est une Hidden Card Error augmentée.

De plus nous disposons désormais d'une option spécifique pour écarter cette augmentation si le joueur découvre l'erreur par lui-même et qu'il n'a au aucune occasion d'ajouter des cartes à sa main depuis qu'il a lancé la carte face cachée. Si ces conditions sont réunies, plutôt que d'augmenter la pénalité en Game Loss, nous attribuons le Warning habituel et nous intervertissons les deux cartes.